Rechercher
  • Annabelle Monnier

COMMENT AIDONS-NOUS LES ENFANTS VICTIMES DE HARCÈLEMENT SCOLAIRE EN THÉRAPIE ?


Le harcèlement est un transfert émotionnel. Le maltraitant ne choisit pas sa victime parce que c’est « Paul », « Marie » ou « Emma », mais bel et bien parce qu’il a besoin d’exprimer sa violence sur quelqu’un qu’il estime « faible », parce qu’il est lui-même le « faible » dans sa famille.



En thérapie, nous travaillons sur toutes les facettes qui vont être essentielles au rétablissement : l’estime de soi, la confiance, la motivation et l’intégration dans le groupe. Par le biais de jeux pensés pour être réalisés sans difficultés et pour qu’ils ne se sentent à aucun moment mis au défi, nous renforçons constamment leur estime de soi en leur faisant savoir qu’ils ont bien réussi.


Le dessin est une autre manière de travailler les émotions. En effet, dessiner permet de s’expliquer de manière symbolique, ce qui est déjà en soi un gros soulagement. Puis on leur demande de parler de ce qu’ils ont dessiné. Normalement, au début, les enfants ne disent pas grand chose, puis, au bout de quelques mois, ils commencent à verbaliser leurs émotions. Les jeux de représentation (avec les cartes créatives) suivent une dynamique du même genre : il s’agit de travailler sur ce que raconte l’histoire représentée et de positiver. De même, le chant et la danse sont des éléments très présent dans la thérapie : s’exprimer de plusieurs manières est libérateur. De la sorte, progressivement, les thérapeutes parviennent à ce que ces enfants et adolescents se sentent acceptés par leurs pairs.


L'Art-Thérapie permet de travailler dans l'inconscient, les émotions refoulées sans même devoir parler à travers différents outils.




7 vues0 commentaire